Sélectionner une page

Filtres et dépoussiéreurs ventilation Genève

Les filtres ont un rôle important. Ils sont destinés à filtres l’air pour l’assainir des particules nocives pour l’homme. Les filtres se retrouvent dans différentes applications. Grâce à eux, les usagers bénéficient d’une ventilation bonne pour la santé.

Les filtres sont placés :

  • Sur les circuits d’aspiration d’air neuf extérieur,
  • sur les circuits d’air repris, avant recyclage,
  • sur les circuits de distribution d’air dans les locaux,
  • sur les circuits d’air repris, avant rejet vers l’extérieur,
  • sur les circuits d’air repris, avant batterie de récupération de chaleur.

Les objectifs de la filtration :

  • Débarrasser l’air des polluants : champignons et bactéries allergogènes et pathogènes, des particules de fibre de verre, …
  • Protéger les équipements des locaux (électroniques, photographies,…) contre les poussières  pour augmenter leur durée de vie et diminuer leur maintenance.
  • Protéger l’installation de ventilation elle-même. Sans filtration, des dépôts apparaissent dans les conduits, leurs joints, dans les bouches de distribution, sur les batteries d’échange, les ventilateurs, les registres et les sondes de régulation. L’accumulation de poussières peut provoquer la prolifération de champignons, bactéries, …
  • Éviter la propagation d’incendie par les poussières et les risques d’explosion.
  • Protéger les terrasses et toitures en n’évacuant pas les particules directement vers l’extérieur.

Les types de filtres

Les filtres à couche poreuse

Dans ces filtres, l’air à épurer traverse une couche poreuse ou fibreuse dans laquelle il abandonne ses poussières. C’est le mode de filtration de l’air actuellement le plus répandu, tant pour la préfiltration « de protection » que pour la filtration de « confort », de salubrité (immeubles, bureaux), de haute et de très haute efficacité (salles blanches, salles d’opérations « stériles »).

Dans ce type de filtre, l’interception des poussières se fait par Tamisage (ou effet de crible), Impact (ou effet d’inertie), Interception (ou effet de barrage), Diffusion, ou forces électrostatiques.

Les filtres à surface de choc huilées

Dans ce type de filtres constitués par des empilages de tôles gaufrées, on donne aux filets d’air un tracé sinusoïdal entre deux surfaces humectées d’huile, afin que les effets de force centrifuge contraignent les poussières à venir se coller contre les parois. Le filtre est divisé en petits éléments dont le nettoyage s’effectue par trempage pendant quelques secondes dans un bac rempli d’huile. Afin de conserver une perte de charge constante à l’ensemble du filtre, on remplace en général un ou plusieurs éléments sales par jour de façon à ce que tous les éléments aient été nettoyés en une quinzaine de jours.

L’on peut classer dans cette catégorie des filtres où la tôle est remplacée par des feuilles de matière plastique percée de trous et gaufrée : le haut pouvoir diélectrique de la matière choisie peut ajouter un effet électrostatique de captation. L’huilage n’est pas indispensable, mais le pouvoir de captation est alors diminué.

Les filtres à charbon actif

Dans ces filtres, l’air à épurer traverse une couche poreuse ou fibreuse dans laquelle il abandonne ses poussières. C’est le mode de filtration de l’air actuellement le plus répandu, tant pour la préfiltration « de protection » que pour la filtration de « confort », de salubrité (immeubles, bureaux), de haute et de très haute efficacité (salles blanches, salles d’opérations « stériles »).

Dans ce type de filtre, l’interception des poussières se fait par Tamisage (ou effet de crible), Impact (ou effet d’inertie), Interception (ou effet de barrage), Diffusion, ou forces électrostatiques.

C’est un charbon traité qui a une structure poreuse très développée donc un pouvoir adsorbant important.

Ils sont utilisés pour la désodorisation dans le traitement de l’air des bureaux et des laboratoires.

Il est peu efficace pour les vapeurs de graisses. On a donc pas intérêt à l’utiliser pour le traitement principal de l’air d’extraction en cuisines collectives. Il peut cependant servir en finition pour éliminer les odeurs.